Après Julie Cherki et Samantha, c’est au tour de Mejika de se prêter au jeu de ma nouvelle série photographique intitulée « Les oiseaux électriques ». Dans un accoutrement que j’avais souhaité le plus déjanté possible, Mejika nous a démontré ses talents de peintre en bâtiment. Il faut dire que le pont qui jouxte la Cité internationale avait besoin d’un bon rafraîchissement. C’est désormais chose faite…

Les photos