Ma série Melancholia continue et je vous propose aujourd’hui de découvrir une première salve de photographies réalisées avec Célia dans le cadre de cette série.

Vous l’avez sans doute déjà remarqué, mais mes modèles sont immergées dans un environnement ambivalent, à la fois esthétique et angoissant. Les lignes y sont souvent dures, Les masses oppressent le sujet, l’encerclent, comme un atome et comme une ombre. Pourtant, le graphisme de ces lignes attire l’oeil, le séduit.

Par ailleurs, beaucoup penseront que je demande à mes modèles d’exprimer la mélancolie. Ce n’est pas vraiment le cas. Je leur demande essentiellement de m’oublier, de rentrer en elles et de se souvenir. En effet, la mélancolie que je cherche à vous montrer ne se trouve pas nécessairement dans leurs expressions. La mélancolie, c’est elles. Elles sont la représentation allégorique de ce sentiment. Leur beauté et leur tristesse se mêlent et s’embrassent pour offrir une vision ambivalente et paradoxale : le doux amer ou le « bonheur d’être triste ».

Envie de rendre votre monde plus beau ?