En me prenant de passion pour la littérature fantastique, il devenait évident que la santé mentale allait devenir un de mes terrains de jeu privilégiés. Il coulait donc de source que cela se manifeste un jour dans mes photographies. Certains argueront qu’elle y était déjà présente. Sans nul doute, mais rarement comme sujet principal. Voilà qui est désormais chose faite grâce à l’exploration urbaine réalisée avec une amie photographe, Çaglar Tahiroglu.

Une collaboration avec elle était depuis longtemps devenue une évidence pour moi. Son univers, méthodiquement déstructuré, laisse en effet une large place à l’irrationnel et à la magie secrète qui peuple mes aubes létales de cultes païens oubliés.

Découvrez son univers : http://cargocollective.com/caglartahiroglu

A l’opposé des images millimétrées et rigidement composées qui sortent trop souvent de mon esprit de protestant méthodiste, elle pouvait m’attirer lentement vers une mystique de l’image beaucoup plus animale.

La série que vous allez découvrir ici a été réalisée dans un immense complexe désaffecté. Un sanatorium perdu entre ciel et terre. Bref, le lieu idéal pour se pencher sur notre santé mentale et le vol erratique de nos âmes.

Ça vous a plu ?

 

Achetez le tirage d’une de ces photographies d’art

 

A partir de 50€ seulement !