Portfolio

Projets personnels

Ce portfolio présente les principaux projets photographiques personnels que j’ai développés au cours de ces dernières années. Ils représentent l’aboutissement d’une démarche artistique basée sur la primauté du sensible et son inscription dans une tradition picturale assumée. Cette démarche puise dans un fonds culturel essentiellement fourni par la littérature et la peinture, bien plus que par la photographie. Elle est également animée par une volonté de porter une émotion personnelle authentique.

Alter ego
Alter ego, Photographie de jumeau et de double Alter ego, Photographie de jumeau et de double Alter ego, Photographie de jumeau et de double Alter ego, Photographie de jumeau et de double Alter ego, Photographie de jumeau et de double Alter ego, Photographie de jumeau et de double Alter ego, Photographie de jumeau et de double Alter ego, Photographie de jumeau et de double Alter ego, Photographie de jumeau et de double Alter ego, Photographie de jumeau et de double

Alter ego était depuis longtemps en gestation au creux de mes visions et de mes rêves interlopes.

Depuis de nombreuses années, j’avais exploré le thème du double dans la littérature. Que ce soit dans ses origines mythologiques tout autant que dans ses expressions plus récentes. C’est ainsi que, par exemple, Le Double de Dostoïevski, William Wilson de Poe ou bien encore Narcisse et Goldmund de Hermann Hesse avaient constitué pour moi des oeuvres de prédilection et des objets d’étude.

C’est pourquoi les êtres que je représente ici semblent à la fois si fascinants et si inquiétants. Ils semblent flotter, vaporeux, dans un univers imprégné d’une atmosphère d’étrangeté fantastique. On les sent à portée de main. Et pourtant, c’est comme s’ils nous échappaient sans cesse. Comme dans un rêve troublant.

Et puis, il est passionnant d’explorer les différentes combinaisons que ce thème du double ouvre au champ photographique. C’est pourquoi j’ai eu envie de le pousser à bout et d’inclure l’acte photographique lui-même dans le processus de dédoublement. En effet, la photographie consiste à pouvoir dupliquer une captation du réel. Elle se devait donc d’entrer dans le champ de ma réflexion et de devenir, à son tour, l’objet d’un dédoublement.

Photographies de vrais jumeaux, duplication, multi-exposition, croisements de techniques argentiques et numériques, jeux de symétries et de dissymétries sont tour à tour explorés jusqu’à la confusion des sens.

Avec cette série, je veux en effet tisser l’ancien et le moderne, les êtres avec leur image. Doubler le sujet, doubler les genres. Interroger la notion d’identité en la confrontant à son double. Me rapprocher toujours plus de l’humain. M’éloigner du réel. Créer l’étrangeté. La rendre réelle. Je veux brouiller les cartes, enfumer le territoire que l’on croit rassurant de l’identité au profit, beaucoup plus trouble, de sa frontière.

Les oiseaux électriques
Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain Les oiseaux électriques - 03 Les oiseaux électriques - 01 Les oiseaux électriques - 02 Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain Les oiseaux électriques - Photographie d'art contemporain
Mythologie{s}
Mythologies - Méduse - Photographie d'art contemporain Mythologies - Méduse - Photographie d'art contemporain Mythologies - Les Moires - Photographie d'art contemporain Mythologies - Les Moires - Photographie d'art contemporain Mythologies - Androgyne - Photographie d'art contemporain Mythologies - Androgyne - Photographie d'art contemporain Mythologies - Valkyries Mythologies - Valkyries

{ L E S  M O I R E S }

Depuis des millénaires, leurs doigts tracent dans les nuits sans étoiles des lignes folles et des éclairs, des chants secrets sans équilibre, des ombres pour des forêts sans nom. Dans ces constellations, des vagues de silence semblent à peine troublées par un doux murmure qui caresse leurs lèvres asséchées. Leurs yeux ont dans le bleu des nuits imaginées, dénuées de rêves et de lendemains.

Il fut un temps pourtant où leurs poitrines tremblaient encore. A cette époque qui n’effleure même plus les abords de leurs rêves, un mot, un nom, pouvait encore se planter dans leurs coeurs comme un pieu, comme un arbre. Mais aujourd’hui, leurs nerfs sont tels les racines de ce chêne misérable, secs et froids comme une lame.

Et du fond de leur forêt, abandonnées à leur éternité, les Moires déroulent la vie des hommes sous leurs mains insensées et de la laine n’éprouvent jamais la caresse. Parfois, alors que l’on croit avoir entendu le craquement d’une branche morte envahir la forêt de son cri déchirant, Atropos lâche l’extrémité naissante du fil et resserre ses doigts sur le manche du couteau.

La nuit retient son souffle et le ciel, lentement, acquiesce en inclinant sa tête ronde et blanche jusqu’aux bords de l’univers.

{ A N D R O G Y N E }

A une époque qui échappe à notre souvenir, notre nature était bien différente de ce qu’elle est aujourd’hui.

Aux côtés des hommes et des femmes existait une troisième espèce composée des deux autres. Aujourd’hui disparue, seul son nom a survécu. Un nom que l’on ne prononce pas.

{ V A L K Y R I E S }

Le soleil s’était-il levé ? Ce jour avait-il connu une aube ? Il lui semblait que non. Il avait l’impression que ce jour avait toujours existé, que rien ne le précédait. En ouvrant les yeux, il avait été brutalement aveuglé par une lumière froide, aiguë, une lumière qui n’avait pas été réchauffée par l’atmosphère protectrice de la terre mais qui avait traversé l’univers depuis ses origines et dans toute sa violente pureté pour le frapper lui, en pleine tête. L’immensité sidérale du temps s’était concentrée en un point unique et inerte : cette journée, cette seconde où il ouvrait les yeux et où tout son être s’évanouissait dans le vide du monde, dans la négation de l’esprit, dans la mort de l’âme.
Devant lui, s’étalait un champ de ruines, de cendres et d’oubli. Un silence immense régnait et gouvernait l’horizon. La poussière immuable d’un monde recouvrait tout de son voile de mort. Tout, les hommes, les bêtes, les arbres, l’espoir. Et, plus que tout, son coeur à lui se retrouvait pétrifié, desséché, stupide. Il le savait, la lumière du soleil n’offrirait plus ni couleur ni chaleur à ce monde.

Face à cette désolation, à cet anéantissement de tout ce qui avait été beau, pur et divin, ne restait au-dessus du vide qu’une seule question infinie et absurde : pourquoi ? pourquoi tout cela était-il arrivé ?

{ M E D U S E }

Comment oublier ce que Poséidon lui a fait subir ? Et comment oublier le rire diabolique d’Athena ? Partout où elle se rend, Méduse sent le regard méprisant des autres la transpercer comme autant de flèches empoisonnées. Son corps la dégoûte. Ses mains, ses bras, sa poitrine, son visage, sa bouche ou ses yeux, chaque infime partie de son corps lui donne de violentes nausées et elle entend encore résonner le bruit de ses doigts essayant vainement de s’agripper, de griffer ou de frapper son assaillant.

Alors elle ferme les yeux et se promet au fond d’elle-même qu’elle n’aura de repos avant d’avoir vengé son honneur et d’avoir assassiné chaque homme qui croisera son regard. Son seul plaisir naîtra dans l’agonie de ceux qui s’éprendront d’elle, dans le dernier râle, dans la dernière lueur de vie qu’elle regardera avec volupté s’éteindre dans les yeux de ses amants. C’est dans la promiscuité de la Mort qu’elle goûtera à nouveau les spasmes de la jouissance et de la Vie. De cela, elle se faisait la promesse. Oeil pour oeil, dent pour dent.

Interludes

Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain Interlude - Photographie d'art contemporain

« Nous avons oublié ce qui précéda notre arrivée sur terre, comme nous oublierons ce qui précéda notre arrivée dessous. Notre vie n’aura été qu’un interlude entre ces deux oublis. »
(Maeterlinck, Autre monde,1942)

Au départ, il y avait la chair et ses blessures, un territoire silloné de cicatrices. Sur cette matière, des couches de terre et de gravas, sont venues se sédimenter. Puis des constructions ont germé et se sont élevées. La vie en somme a fait son cours.

Portraits
photographe portraitiste seance photo lyon shooting portrait photo portrait shooting portrait photo shooting lyon seance shooting lyon photographe lyon portrait shooting photo lyon photographe portraitiste photographe lyon photographe portrait lyon

On était assis là, sur les lèvres d’un lac. C’était un ponton, ou un embarcadère. Mais peut-on vraiment appeler ça un embarcadère ? Il n’y avait aucune embarcation… La vallée était recouverte de pâquerettes. Toute sa surface était blanche. D’un blanc étincelant. Aveuglant. Je me souviens qu’elle était assise sur le ponton. Elle regardait l’eau je crois. Mais avait-elle seulement les yeux ouverts ? Jusqu’où le bleu du ciel allait-il dans son coeur ? Voilà, ce que je ne savais pas. Je voulus lui poser la question, mais c’est le moment précis qu’une carpe – ou bien, était-ce une perche – choisit pour sauter hors de l’eau pendant un temps qui me parut infini. Elle semblait ne jamais vouloir retourner dans l’eau comme si ce saut était l’accomplissement de sa vie de carpe et qu’elle avait attendu précisément que nous soyons là pour le réaliser. En cela, elle s’était intimement liée à nous. Elle nous avait offert ce qu’elle avait de plus beau et de plus absurde.

Le ciel avait envahi le plan d’eau et s’imposait à nous. A ce moment précis, j’ai senti que je l’aimais. Je brûlais de l’envie de le lui dire, de me sentir ridicule et sublime. Un peu comme une carpe sautant hors de l’eau.

Rêver le monde
Photographie de rue - Edimbourg, Ecosse Photographie de rue - Montréal, Québec Photographie de rue - Montréal, Québec Photographie de rue - Paris, France Photographie de rue - Lyon, France Photographie de rue - Calais, France Photographie de rue - Lille, France Photographie de rue - Lyon, France Photographie de rue - Georgetown, Malaisie Photographie de rue - Georgetown, Malaisie Photographie de rue - Georgetown, Malaisie Photographie de rue - Kuala Lumpur, Malaisie Photographie de rue - Lyon, France Photographie de rue - Dijon, France Photographie de rue - Beaune, France Photographie de rue - Carabane, Sénégal Photographie de rue - Lyon, France Photographie de rue - Londres, Angleterre Photographie de rue - Londres, Angleterre Photographie de rue - Lyon, France Photographie de rue - Paris, France Photographie de rue - Lyon, France Photographie de rue - Lyon, France Photographie de rue - Lyon, France

La série photographique « Rêver le monde » a été réalisée au gré de voyages ou d’escapades quotidiennes. Elle capte des inconnus dans un moment d’intimité où, s’isolant du monde extérieur, ils se retrouvent perdus dans leurs pensées, rêvant un monde que nous ne voyons pas.

Paysages intérieurs
Côte près de Neist Point, sur l'île de Skye Sommets sur l'île de Skye en Ecosse Sommets des Highlands en Ecosse Sommets des Highlands en Ecosse Sommets des Highlands en Ecosse Sommets des Highlands en Ecosse Sommets enneigés des Highlands en Ecosse Rivière dans les highlands Ascension du Ben Vrackie en Ecosse sous la neige Ascension du Ben Vrackie en Ecosse sous la neige Ascension du Ben Vrackie en Ecosse sous la neige Ascension du Ben Vrackie en Ecosse sous la neige Etang près de Castet Sommet des Pyrénées sous les nuages Océan atlantique pendant une tempête Phare de Biarritz pendant une tempête Montagne en Roumanie Ciel d'orage au-dessus de l'océan en Martinique Lever de soleil sur le désert de Bolivie Etang en hiver près de Lyon Oiseau dans un ciel d'orage Chapelle dans le Pays basque français Photographie de paysage, nuages au-dessus de l'océan Port de Biarritz Phare de Biarritz lors d'une tempête Photographie de paysage, nuages au-dessus de l'océan

Cette série est une invitation au voyage. Un voyage autant géographique qu’intérieur, dans les vallées perdues de vos oublis, au-dessus du territoire en friche de votre identité. Je vous propose ici des poèmes courts, bien plus que des photographies. Ce sont des notes de musiques jetées en l’air pour faire vibrer vos sens à l’unisson des miens. Ce sont des invitations à la respiration, à l’introspection. Ce sont des voyages à l’intérieur de vous-mêmes. Les passions s’y font troubles, les lumières y caressent le déclin d’un rêve.

A travers rêves
Photo - Portrait de Margot Davy réalisé à Lyon Photo d'art réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon, Elsa Raymond Autoportrait surréaliste par le photographe lyonnais Olivier Ramonteu Photographie d'art réalisée avec la modèle Sirithil Autoportrait surréaliste par le photographe lyonnais Olivier Ramonteu Photographie artistique par le photographe lyonnais Olivier Ramonteu Photo d'art réalisée avec la comédienne Marie Coutance - Stylisme : Mlle Théo Legrand Photo d'art réalisée en Roumanie avec la comédienne Marie Coutance Photographie d'art réalisée en Roumanie avec la comédienne Marie Coutance Photo d'art réalisée avec la modèle Sirithil Photographie artistique réalisée avec la comédienne Marie Coutance A travers rêves Photographie artistique réalisée avec la modèle Lizzie saint Septembre Photographie artistique réalisée avec la modèle Lizzie saint Septembre Photographie artistique réalisée avec la modèle Lizzie saint Septembre Photographie artistique réalisée avec la musicienne de Pethrol, Héloïse Derly Photographie artistique réalisée avec la musicienne de Pethrol, Heloïse Derly Photographie artistique réalisée avec la modèle Sandrynn De Photographie artistique réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie artistique réalisée avec la modèle Lily Amadieu Photographie artistique réalisée en Martinique Photographie artistique réalisée avec la modèle Lizzie saint Septembre

Etait-ce vraiment un rêve ? Je veux dire : est-ce que je dormais vraiment ? Il était tellement beau et tellement angoissant ! La beauté et l’angoisse peuvent-elles coexister d’après-vous ? Moi je ne sais pas. Enfin si ! Là, dans ce rêve, précisément, elles coexistaient. Ou alors, elles se confondaient. Je ne sais pas.

Vous imaginez-vous que nous étions en fuite, vous et moi ? Représentez-vous ça ! Le monde entier après nous ! Comme deux fugitifs. Et pour quel crime ? Celui d’avoir détruit le monde ? Leur monde ? Aurions-nous ce pouvoir ? Je ne sais pas. Nous avions l’air si fragiles. Mais forts aussi. Forts de ce que nous avions à protéger. Ce que nous voulions protéger de cette foule hurlante, ce n’était pas nous. C’était bien plus que nous. Mais qu’était-ce au juste ? Je ne sais pas.

Ce que je sais, c’est que c’était beau. Beau et angoissant.

Ç’aurait pu être un rêve comme un autre, mais vous étiez dedans.

Les horizons hallucinés

Neist point, Ecosse Neist point, Ecosse Neist point, Ecosse Neist point, Ecosse Neist point, Ecosse Old man of Storr, Ecosse Old man of Storr, Ecosse Annecy, France Castet, France Biarritz, France Biarritz, France Biarritz, France Sud Lipez, Bolivie Tupiza, Bolivie

Aux confins de notre monde règnent des forces cosmiques que l’homme ne saurait mesurer. Au-delà de sa perception sensorielle, des plaques tectoniques se meuvent indolemment entre les entrailles de la terre et l’infini de nos passions. A cette démesure cyclopéenne, à cette folie cosmique, je dédie le fruit de mes nuits sans lune, je consacre mes visions subterrestres. Dans cette litanie chthonienne, je murmure un chant oublié sur la terre que les nuages seuls sauront porter vers sa destinée.

Dance with…
Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de l'Opéra de Lyon Elsa Raymond Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic Photographie de danse réalisée avec la danseuse de Butoh Ines Kozic

La Danse a longtemps été pour moi un territoire inconnu, à la fois fascinant et incompris. Probablement l’est-elle encore, tant sa géographie me semble riche et complexe. J’ai pourtant décidé au début de l’année 2012 de me confronter à elle. Sans la survoler, évidemment, mais bien en me plongeant dans les plus profondes couches géologiques de ses entrailles. J’avais envie de l’attaquer par la racine.

DANCE WITH DIONYSOS

Cette quête m’a rapidement mené dans un territoire plus familier, celui de la Crète antique, où de jeunes femmes dansaient en ronde autour d’une joueuse de flûte et d’un arbre sacré, les paumes ouvertes au ciel et les pieds bien ancrés dans la terre. Mais dans les ombres de ses danseuses enivrées de foi par leurs rituels liturgiques, rampaient discrètement des instincts plus sombres. Et de leurs bacchanales de plus en plus frénétiques émergeait une figure chthonienne dans laquelle la folie et le désir s’accouplaient sauvagement : Dionysos.

Dionysos, le dieu de la fertilité dans les rites agraires, mais aussi celui de l’hybris, de l’ivresse et de l’extase. Une divinité délicieusement paradoxale dans laquelle la vie vient jouer sans artifices avec la mort.

DANCE WITH LITTLE BOY

La deuxième étape de ce voyage a pris naissance sur les cendres éternellement froides d’Hiroshima et de Nagasaki. Sur ce désert de sens où les poussières de l’homme se laissent emporter par un vent silencieux, l’art, soudain, se remplit de vide. Et dans un cri immense, l’univers entier semble s’enfuir de la poitrine d’un spectre. Une silhouette blanche s’avance sur la négation du monde et dans ses yeux, le souvenir du bruit blanc et du ciel en fureur fait trembler le monde en un grand cataclysme marqué d’un sceau stérile.

Le néant silencieux, la terrible beauté du cataclysme et la renaissance d’une forme sur un terreau de cendres se retrouvent dans cette série représentés par des silhouettes fantomatiques, des corps en peine, à l’agonie et l’émergence subtile d’une grâce, d’une immixtion de beauté au milieu de ce tourbillon de poussière.

Litlle Boy était le nom de code de la bombe A qui fut larguée sur Hiroshima le 6 août 1945.

Appareil utilisé : Holga
Danseuses : Elsa RAYMOND, Danseuse à l’Opéra de Lyon – série Dance with Dionysos
Ines KOZIC, Danseuse de Butoh – série Dance with Little Boy
Assistantes : Melle Théo LEGRAND ; Lucile ORTEGA ; Blandine BELGHIT